Comment vraiment utiliser les classements des MBA?

Comment vraiment utiliser les classements des MBA?

 

On compte aujourd’hui plus de 1200 MBA à travers le monde, alors autant dire que les classements de ces formations sont un véritable challenge mais aussi une nécessité, d’autant que le terme MBA n’est pas protégé, ce qui laisse la porte ouverte aux abus en tout genre dans ces formations privées.

Les classements sont loin d’être parfait, tout d’abord car on n’a pas trouvé de méthodologie exempte de reproche à ce jour et que ce n’est pas près d’arriver. Ensuite, car on ne peut exclure des situations de conflits d’intérêts entre les “classeurs” et les “classés”. Ces derniers étant sur de nombreux sites les clients des entreprises qui procèdent aux classements, ce qui donne lieu à des situations qui ne favorisent ni la transparence ni l’exactitude des informations partagées. On voit par exemple certains sites proposer des classements tout en étant partenaires des institutions à des fins de promotion et de communication. A ce sujet, les grandes maisons médiatiques sont sans doute moins touchées par ces phénomènes et peuvent travailler dans une plus grande indépendance.

Dans ce fatras d’informations, comment vraiment lire les classements des MBA et comment les utiliser pour votre carrière? Par expérience, et cela est une analyse personnelle, je distingue six catégories de MBA.

Catégorie 1: Harvard et Stanford

La première catégorie constitue le Graal des MBA. Ce sont les institutions qui font rêver les candidats tant elles sont attractives, tant leur prestige traverse les frontières. Ces formations sont connues du grand public et des professionnels, offrant à leur étudiant la reconnaissance de leurs futurs employeurs et également le prestige social qui va avec. Les MBA de Harvard et de Stanford sont les seuls occupants de cet ultime étage. Ces formations sont une garantie de réussite sur le plan professionnel, elles donnent l’élan nécessaire à lancer ou relancer sa carrière et accompagnent leurs anciens à l’aide de puissants réseaux actionnables sur la planète entière.

Catégorie 2: le top 20 des MBA mondiaux

Dans cette seconde catégorie, on reste dans la dimension onirique, avec des noms qui là encore résonnent dans la tête des candidats et des recruteurs. Ces formations sont aussi largement des garanties de succès sur le plan de carrière, avec des réseaux internationaux efficaces. Les institutions de cette catégorie sont de véritables écoles d’excellence qui permettent à leurs étudiants de travailler dans tout secteur, dans le monde entier. Mais par rapport à la catégorie 1, à de rares exceptions près, les candidats s’ils avaient le choix entre leur MBA et Harvard, hé bien ils auraient choisi Harvard. Parmi ces institutions, on trouve Wharton, le MIT Sloan, Kellog, Columbia, Yale, Berkeley, l’INSEAD, LBS etc. Vous remarquerez que je ne donne pas une liste exhaustive car le top 20 varie selon les classements. Un MBA de cette catégorie vous ouvre vraiment les portes de l’international.

Catégorie 3: les pépites régionales ou sectorielles

Dans cette catégorie, je vous donne un exemple qui définit bien les caractéristiques de ce types de MBA: HEC Paris. Le MBA d’HEC Paris est une excellente formation, mais sans commune mesure avec Harvard ou Stanford en termes de prestige. Certains positionnent HEC au même niveau que Wharton car les deux institutions ont un accord de partenariat. Je en partage pas ce point de vue aujourd’hui à cause de l’ancrage plus local d’HEC. Bien sûr que l’on peut travailler en Amérique du Nord avec un MBA d’HEC mais on devra batailler plus qu’un diplômé de Columbia tout simplement parce que son diplôme est mieux connu. De même en Asie, l’INSEAD a une visibilité plus forte que celle d’HEC. Les MBA de cette catégorie peuvent changer du tout au tout votre carrière mais dans un périmètre géographique plus limité que dans la catégorie précédente.

Catégorie 4: top 10 des formations nationales – hors Etats-Unis

Les Etats-Unis sont un cas à part dans le monde des MBA. Hors des USA, une institution qui fait partie du top 10 des MBA dispose sinon du prestige, au moins de son réseau d’employeurs privilégiés. Ce type de MBA offre une perspective de carrière qui sera poussée vers le haut sans pour autant offrir de rupture comme dans les trois premières catégories. Ce sont des choix de raison plus que de passion, mais des choix qui ont une légitimité réelle dans de nombreux cas. En termes de frais d’inscriptions, les montants sont ici bien en dessous des chiffres pratiqués dans les trois premières catégories. Dans ce contexte, une analyse fine du réseau professionnel du MBA concerné est nécessaire, car vous ne pourrez pas vous appuyer sur le prestige des institutions pour faire une partie du travail auprès de vos futurs employeurs.

Catégorie 5: les autres MBA présentiels

Si un MBA n’a pas d’envergure internationale, qu’il n’apparait jamais dans les grands classements du Financial Times et autres grands noms et qu’il n’est pas non plus dans le top 10 local, alors il fait partie de la cinquième catégorie. On est ici à la limite entre le MBA et les mastères spécialisés. D’ailleurs, nombre de ces MBA accolent une spécialisation à leur intitulé. La finalité première est ici de développer des compétences, car le réseau sera forcément limité en puissance et en périmètre géographique. C’est une solution pour un candidat qui y trouve un retour sur investissement par exemple en se faisant financer sa formation par son employeur actuel dans le cadre d’une stratégie de promotion interne ou encore pour le candidat qui vise à se développer dans une niche donnée. Dans ce dernier cas, il existe d’excellentes formations de niches, de nature à répondre aux objectifs de développement professionnels spécifiques du candidat, sans pour autant lui donner un rayonnement en dehors de la niche visée.

Catégorie 6: les MBA online

Là pour le coup, cette catégorie est vraiment à prendre avec des pincettes. Un MBA online c’est la porte ouverte à tous les excès par manque de contrôle et de référence quant à la formation que vous allez “acheter”. Vous disposerez d’un diplôme mais il sera reconnu par qui exactement? Quid du réseau lorsque les formations se sont faites à distance? C’est le gros point d’interrogation. Dans de nombreux cas, il n’y a pas de différence sur le fond avec le fait de suivre un MOOC sur un sujet lié au management. Je ne dis pas que tous les MBA online sont à jeter au panier car je ne les connais pas tous. Je dis simplement que ce modèle va à l’encontre de ce qui fait la valeur des MBA présentiels et je vous engage à être extrêmement vigilant si vous choisissez ce type de formation, qui n’a souvent de MBA que le nom.

Pour conclure, ce site et ses supports de formation visent explicitement les 5 premières catégories en termes d’objectifs professionnels et fixe ses standards en terme de préparation au niveau de la catégorie 1.